Passer au contenu principal
14 June 2019 Actualités
This article is available in: Français

Les services web renforcent l’interopérabilité entre GLIMS et les autres solutions MIPS

Grâce aux services web, CyberLab, CyberTrack et DaVinci disposent de l’accès direct aux fonctionnalités et aux données de la solution GLIMS, sans que la duplication des informations ne soit nécessaire. Les données enregistrées sont ainsi disponibles en temps réel pour chacune des applications. Pour les utilisateurs de la solution MIPS, c’est une excellente valeur ajoutée : le périmètre des informations auxquelles ils ont accès est étendu, leur permettant de travailler plus rapidement et plus efficacement.

Les services web, qui permettent aux applications logicielles de communiquer entre elles, sont basés sur l’échange de messages au format XML ou JSON véhiculés via des protocoles internet. Chez MIPS, ces services sont déjà très largement exploités pour le dialogue entre GLIMS et CyberTrack, notre application web destinée à l’enregistrement et au traçage des transfusions sanguines.

Nous les utilisons également pour renforcer l’interopérabilité entre GLIMS et nos autres solutions. Les exemples suivants montrent quelles sont concrètement les fonctionnalités rendues possibles par cette technologie pour GLIMS et CyberLab.

Lorsqu’un patient se présente dans un laboratoire ou chez le médecin pour un prélèvement sanguin, il peut être utile de savoir quelles sont déjà les prescriptions existantes pour ce patient. Aujourd’hui, dans CyberLab, seules sont visibles les prescriptions déjà planifiées dans GLIMS ; les prescriptions en attente (GLIMS EOS en attente) n’apparaissant pas sur l’écran. Or, il est possible que, pour ces dernières, des échantillons sanguins soient prélevés. Les services web apportent dans ce cas une solution simple :

Vous êtes médecin et, après avoir reçu les premiers résultats d’analyse de votre patient, vous souhaitez demander des examens complémentaires. Comment savoir rapidement si les échantillons déjà prélevés sont encore exploitables ?

Les services web décrits ci-dessus sont actuellement en cours de développement. Ils seront disponibles en fin d’année pour les utilisateurs de la toute dernière version de GLIMS 9.

Les services web renforcent également l’interaction entre DaVinci et GLIMS. Dans le cadre d’un examen spécifique, il peut être utile à un pathologiste utilisant DaVinci de disposer en temps réel d’autres résultats, d’un examen hématologique par exemple, afin de poser le bon diagnostic. Mais il est possible que ces résultats n’aient pas encore été validés et ne puissent donc être consultés via le serveur de résultats.

Nous avons ainsi développé au sein de GLIMS un service de transmission de certains résultats, avant leur validation. Par la suite, le biologiste moléculaire peut compléter son compte-rendu avec les résultats d’autres examens issus par exemple du service d’hématologie.

« En tant que médecin ou personnel soignant, vous souhaitez disposer d’informations claires et à jour ainsi que, par exemple, ne pas apprendre après avoir saisi une prescription qu’elle ne peut plus être effectuée par le laboratoire. Il vous faut des données actualisées en temps réel.  C’est exactement le rôle des services web permettant à nos applications d’interagir entre elles. Par ailleurs, pour les utilisateurs, la disponibilité d’un plus grand nombre d’informations est une incitation à utiliser la prescription informatisée plutôt que le papier », commente Marit Vervaet, Directeur du développement et Responsable des produits Middleware chez MIPS.

« Chez MIPS, notre intention est d’aller plus loin dans cette direction et d’exploiter les services web dans les domaines où ils apportent le plus de valeur ajoutée pour nos clients. En tant qu’utilisateur, vous avez accès à des informations et des données toujours actualisées, une fonctionnalité essentielle dans le domaine de la santé », conclut Filip Migom, Responsable produit GLIMS chez MIPS.